Cyrano de Bergerac « Tirade du nez »

 

Accueil   Découvrir d'autres traductions en PMS

Découvrez la fameuse « Tirade du nez » de Cyrano de Bergerac dans un drôle de langage : P.M.S (Phonétique Muse Service) par son inventeur Phil Marso. Celui-ci a publié en janvier 2004, le premier livre au monde en langage SMS « Pa sage a taba vo SMS » (Ed Megacom-ik) et en 2005 « CP SMS » (Ed Megacom-ik) un manuel scolaire pour appendre le SMS & la P.M.S.

La P.M.S se propose d'être une passerelle entre le SMS abrégé et la langue française.

Ø : au – ô : eau – ð : eaux / aux – ã : en – an : an – Ñ : gn - ¥ : ienne

6rano 2 b’RJrak  « tira’2 du né » akt’ 1 – s’N

è2mon rostan (1868 - 1918)

6rano :

énorm’, mon né !

vil K’mun so K’mar, têt’ plat’, aprené

ke J m’ãorgu’Eyi d’1 parè’ye ap110s,

atãdu k’1 gran né es propremã l’110s

d’1 om’ afabl’, bon kourtoa, spiritu’L,

liB’ral, kouraj’E, t’L ke J s’8 , É t’L

ki vs z’es 1t’R10 a jamè 2 vs X’re,

D’plorabl’ marØ ! kar la fas’ 100 gloar’

ke va ch’Rché ma m’1 ã Ø 2 votr’ kol,

es Ø6 D’nué…

 

le fach’E :

a’ye !

6rano :

2 fy’RT’, d’ãvol’,

2 lirism’, 2 pitor’Sk’, D’t’1s’L,

2 somptuoziT’, 2ãf’1, ke s’L

 

ke va ch’Rché ma bot’ Ø ba 2 votr’ do !

le fach’E se sØvan :

Ø sekour ! a la gar’2 !

6rano :

avi donk ð badØ

ki trouverè plèzan mon mili’R 2 viza’J,

É 6 le plèzant’1 es nobl’, mon uza’J

es 2 l’8 metr’, avan 2 le lè’C s’100fuir,

par 2van, É plu Ø, du f’R É non du k’8r !

 

2 g’8ch’, ki es d’S100du 2 la s’N, avel lê marki ,

mè a la f’1 il ns z’en’8 !

 

le vikont’ 2 valv’R, Ø100 lê z’épØl’ :

il fanfaronn’ !

2 g’8ch’ :

p’Rsonn’ ne va l’8 répondr’ ?

le vikont’ :

p’Rsonn’ ?

atãD ! J vè l’8 lan’C 1 2 sê trè !...

il s’avans’ v’R 6rano.

vs… z’a’V 1 né… EEEE ! 1 né… trè gran.

6rano : trè.

le vikont’, ryan :

aaaa !

6rano : c’es tou ?...

le vikont’ : mè…

 

6rano : a ! non ! c’es 1 p’E kour, j’En’ omm’ !

on pouvè 10r’… ooooo ! 10E !... bi’1 dê choz’ ã som’…

 

ã varyan le ton, : par exãpl’, tené

agrésiiif : « moa, me’6E, 6 j’avè 1 t’L

il fØdrè sur le chan ke je me l’ampitasss ! »

amiK’l’ : mè il doa trãP dan votr’ tass !

pr boar’, fèt’ vs fabriké 1 anap ! »

d’Skriptiif : c’es 1 rok ! c’es 1 pik ! … c’es 1 Kp’ !

ke 10J, c’es 1 Kp’ ? … c’es 1 pén’1sul’ ! »

Q’ry’E : 2 koa s’R c’7 oblongu’ K’psul’ ?

D’kritoar’, me’6E, ou 2 boat’ a 6z’ð ? »

gra’6E : « M’é vs a ce po’1 lê z’oazð

ke pat’Rn’L vs vs préo’Qpat’

2 tãdr’ se p’Rchoar a l’Er petit’ pat’ ? »

tru’Qlã : « sa me’6E, lorsk’ vs P’tuné,

la vap’Er du taba vs sor t’L du né

100 k’1 voaz’1 ne kri Ø f’E 2 cheminé ? »

prévenan : « gar’D vs, votr’ têt’ ãtrèné

par ce poa, 2 ton’B ã avan sur le sol ! »

tãdr’ : « fèt’ l’8 f’R 1 peti parasol 

2 p’Er ke sa koul’Er Ø solè’ye ne se fann’ ! »

P’dan : « l’animal s’El, me’6E, K’ristofann’

ap’L ipokanpelefanto’Kmelos

du avoar sou le fron tan 2 ch’R sur tan d’os ! »

K’valyé : « koa, l’ami, se rok es t’a la mo’2 ?

pr pãdr’ son chapô, c’es vrèmã trè komo’2 ! »

ãfatik’ : « Øk’1 vã ne p’E, né ma’jtral,

t’ãrumé tou ãtyé, exc’7T’ le mistral’ ! »

dramatik : « c’es la m’R rou’J kan il sèÑ’ ! »

admiratif : « pr 1 parfum’Er, k’L ãÑ’ ! »

lirik : « S ce 1 konk’, êt’ vs 1 triton ? »

na’if : « se monumã, kan le vizit’on ? »

r’Spekt’E : soufré, me’6E, k’on vs salu,

c’es la ce ki s’ap’L avoar piÑon sur ru ! »

kanpaÑar : « E, ar’2 ! c’es ti 1 né ? nan’1 !

c’es k’EnavÉ G’an ou b’1 k’Ek’melon n’1 ! »

milit’R : « po1T kontr’ K’valeri ! »

pratik : « voulé vs le mètr’ ã loteri ?

asurémã, me’6E, se sera le gro lo ! »

enf’1 paro’10an piram’ ã 1 100glo »

le voala donk se né kid ê trè 2 son mètr’

a D’tr’8 l’armoni ! il ã rou’j, le trèt’ ! »

voala ce K p’E prè, mon ch’R, vs m’Øryé 10

6 vs z’avyé 1 p’E 2 lètr’ É d’Spri :

Spri, o le plu lamãtabl’ dê z’êtr’,

vs n’ã Ut’ jamè 1 atom’, É 2 lètr’

vs n’a’V ke lê 3 ki form’ le mo : so !

Uzyé vs U, d’ay’Er, l’1vã6on k’il fØ

pr pouvoar la, 2van sê nobl’ galeri,

me s’Rvir tout’ sê fol’ plèzanteri,

ke vs n’ã Uzié pa arti’Qlé le kar

2 la moatyé du komãsemã d’1, kar

J me lê s’R moa’M’me, avek a’C 2 v’Rv’

J ne p’RmÉ pa k’1 Øtr’ me lê s’Rv’.   

 

Traduction Phil Marso -  29 novembre 2007 - © Megacom-ik 2007

Cyrano de Bergerac « Tirade du nez » Acte 1 - Scène 4 - Edmond Rostand (1868 - 1918)

Cyrano :

Énorme, mon nez !

- Vil camus, sot camard, tête plate, apprenez

Que je m’enorgueillis d’un pareil appendice,

Attendu qu’un grand nez est proprement l’indice

D’un homme affable, bon, courtois, spirituel,

Libéral, courageux, tel que je suis, et tel

Qu’il vous est interdit à jamais de vous croire,

Déplorable maraud ! car la face sans gloire

Que va chercher ma main en haut de votre col,

Est aussi dénuée…

 

Le Fâcheux :

Aï !

 

Cyrano :

De fiereté, d’envol,

De lyrisme, de pittoresque, d’étincelle,

De somptuosité, de Nez enfin, que celle…

 

Que va chercher ma botte au bas de votre dos !

 

Le Fâcheux, se sauvant :

Au secours ! A la garde !

 

Cyrano :

Avis donc au badauds

Qui trouveraient plaisant mon milieu de visage,

Et si le plaisantin est noble, mon usage

Est de lui mettre, avant de le laisser s’enfuir,

Par devant, et plus haut, du fer et non du cuir !

 

De Guiche, qui est descendu de la scène, avec les marquis,

Mais à la fin il nous ennuie !

 

Le Vicomte de Valvert, haussant les épaules :

Il fanfaronne !

 

De Guiche :

Personne ne va donc lui répondre ?

 

Le Vicomte :

Personne ?

Attendez ! Je vais lui lancer un de ces traits !....

 

Il s’avance vers Cyrano. 

 

Vous… avez un nez… Heu… un nez… très grand.

Cyrano : Très.

Le Vicomte, riant :

Ha ! 

Cyrano : C’est tout ?...

Le Vicomte : Mais…

 

Cyrano : Ah ! non ! C’est un peu court, jeune homme !

On pouvait dire … Oh ! Dieu !... bien des choses en somme…

 

En variant le ton, - par exemple, tenez

Agressif : « moi, monsieur, si j’avais un tel nez

Il faudrait sur-le-champ que je me l’amputasse ! » 

Amical : « Mais il doit tremper dans votre tasse !

Pour boire, faites-vous fabriquer un hanap! "
Descriptif : «  C'est un roc ! . .. c'est un pic ! . . . c'est un cap !

Que dis-je, c'est un cap ?. .. C'est une péninsule ! »
Curieux : « De quoi sert cette oblongue capsule ?

D'écritoire, Monsieur, ou de boite à ciseaux ? »
Gracieux :  « Aimez-vous à ce point les oiseaux

Que paternellement vous vous préoccupâtes

De tendre ce perchoir à leurs petites pattes ? »
Truculent: " Ça, Monsieur, lorsque vous pétunez,

La vapeur du tabac vous sort-elle du nez

Sans qu'un voisin ne crie au feu de cheminée ? »
Prévenant: " Gardez-vous, votre tête entraînée

Par ce poids, de tomber en avant sur le sol ! »
Tendre : « Faites-lui faire un petit parasol

De peur que sa couleur au soleil ne se fane ! »
Pédant : « L'animal seul, Monsieur, qu'Aristophane

Appelle Hippocampelephantocamelos

Dût avoir sous le front tant de chair sur tant d'os ! »

Cavalier : « Quoi, I'ami, ce croc est à la mode ?

Pour pendre son chapeau, c'est vraiment très commode! » ,
Emphatique : « Aucun vent ne peut, nez magistral,

T'enrhumer tout entier, excepté le mistral ! »
Dramatique : « C'est la Mer Rouge quand il saigne ! »

Admiratif : « Pour un parfumeur, quelle enseigne ! »

Lyrique : « Est-ce une conque, êtes-vous un triton ? »
Naïf : « Ce monument, quand le visite-t-on ? »
Respectueux : « Souffrez, Monsieur, qu'on vous salue,

C'est là ce qui s'appelle avoir pignon sur rue! "
Campagnard: " He, arde ! C'est-y un nez ? Nanain !

C'est queuqu'navet géant ou ben queuqu'melon nain ! »
Militaire : «  Pointez contre cavalerie ! »
Pratique : « Voulez-vous le mettre en loterie ?

Assurément, Monsieur, ce sera le gros lot !  »
Enfin, parodiant Pyrame en un sanglot : »

Le voilà donc ce nez qui des traits de son maître
A détruit l'harmonie ! Il en rougit, le traître ! »
- Voilà ce qu'à peu près, mon cher, vous m'auriez dit
Si vous aviez un peu de lettres et d'esprit:
Mais d'esprit, ô le plus lamentable des êtres,
Vous n'en eûtes jamais un atome, et de lettres
Vous n'avez que les trois qui forment le mot: sot!
Eussiez-vous eu, d'ailleurs, I'invention qu'il faut
Pour pouvoir là, devant ces nobles galeries,
Me servir toutes ces folles plaisanteries,
Que vous n'en eussiez pas articulé le quart
De la moitié du commencement d'une, car
Je me les sers moi-même, avec assez de verve
Mais je ne permets pas qu'un autre me les serve.

Edmond Rostand (1868 / 1918)

la font'N j'M !

« Les Fables de la Fontaine en langage SMS & PMS »

( Le cadeau insolite pour Noël )

ISBN : 2-912458-26-9 - Éditions Megacom-ik

K'pote swing

« Polar sur la prévention sida 100% PMS »

Prix d'amour : 6,69 €

ISBN : 2-912458-27-7 - Éditions Megacom-ik

Commandez-les en librairie, Amazon.fr

 
mesure d'audience