Accueil    

le korbo É le renar (extrait du livre la font'N j'M !)

mètre korbo, sur 1 arbre p’Rché,
tenè en son bek 1 froma’J.
mètre renar, par l’od’Er aléché,
l8 t’1 a p’E prè ce langa’J :
« é ! bjr, mrs du korbo,
ke vs ête joli ! ke vs me 100’blé bô !
100 mentir, 6 votr’ rama’J
se raport’ a votr’ pluma’J,
vs ête le fénix dê ote 2 cê boa »
a cê mo le korbo ne se 100 pa 2 joa; 
É pr montré sa b’L voa,
il ouvr’ 1 lar’J bek, l’S tom’B sa proa.
le renar 100 sèzi, É 10 : « mon bon msr,
aprené ke tou flat’Er
vi ô D’pan 2 cel’8 ki l’ékout’ :
c’7 leson vo bi’1 1 froma’J, 100 dout’ » .
le korbo, ont’E É konfu,
jura, mè 1 p’E tar, kon ne li prendrè plu.

 

Traduction Phil Marso - 15/11/2004  - © Megacom-ik 2004 / 2007 - www.profsms.com

 

Le corbeau et le renard

Maître corbeau, sur un arbre perché,
Tenait en son bec un fromage.
Maître Renard, par l'odeur alléché,
Lui tint à peu près ce langage :
«Hé ! bonjour, Monsieur du Corbeau, 
Que vous êtes joli ! que vous me semblez beau ! 
Sans mentir, si votre ramage
Se rapporte à votre plumage, 
Vous êtes le phénix des hôtes de ces bois »
A ces mots le corbeau ne se sent pas de joie;
Et pour montrer sa belle voix,
Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie.
Le renard s'en saisit, et dit : « Mon bon Monsieur,
Apprenez que tout flatteur
Vit aux dépens de celui qui l'écoute :
Cette leçon vaut bien un fromage, sans doute ».
Le corbeau, honteux et confus, 
Jura, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus.

Jean de la Fontaine (1621 - 1695 )

 
mesure d'audience