Accueil    

la mar'Cè'yèz (extrait du livre la font'N j'M !)

alonz'enfan 2 la patri,
le jr 2 gloar’ es ari’V !
kontre ns 2 la tirani,
l’étendar 100’glan es le’V, (bis)
enten’D-vs ds lê kampagne
mujir cê féros solda ?
il vi’N jusk’ ds vo bra
égor’G vo fis É vo kompagne ! 

o arm’ 6’toay’1,
formé vo bata’yon,
marchon, marchon !
k’1 100 1’pur
abr’Ev’ no 6’yon !

ke v’E c’7 or’2 d’Sklav,
2 trète, 2 roa konjuré ?
pr ki cê ignobl’ entrav’,
cê f’R dê lontem préparé ? (bis)
fran’Cè, pr ns, a ! k’L outra’G 
k’L transpor il doa ex’6’T !
c’es ns kon oz mé’10’T
2 rendr’ a l’antik S’klava’J !

o arm’ 6’toay’1,
formé vo bata’yon,
marchon, marchon !
k’1 100 1’pur
abr’Ev’ no 6’yon !

koa ! dê ko’orte érang’R
ferè la loa ds ns foyé !
koa ! cê falan’J m’Rcen’R
teraçerè no fi’R guérié ! (bis)
gran 10’E ! par dê m’1 enchèné
no fron sou le joug se ploaerè
2 vil d’Spot’ 2’v’1drè
lê mètr’ 2 no d’Stiné !

o arm’ 6’toay’1,
formé vo bata’yon,
marchon, marchon !
k’1 100 1’pur
abr’Ev’ no 6’yon !

tremblé, tiran É vs p’Rfi’2
l’oprobre 2 tou lê parti,
tremblé ! vo pro’G pari’6’2
von enf’1 recevoar l’Er pri ! (bis)
tou es solda pr vs kombatre,
6’l tombe, no j’Ene éro,
la t’R en prod’8 2 nouvo,
kontre vs tou prè a se batre !

o arm’ 6’toay’1,
formé vo bata’yon,
marchon, marchon !
k’1 100 1’pur
abr’Ev’ no 6’yon !
o arm’ 6’toay’1,
formé vo bata’yon,
marchon, marchon !
k’1 100 1’pur
abr’Ev’ no 6’yon !

fran’Cè, en guérié magnanim’,
por’T ou retené vs kou !
épargné cê trist’ viktim’,
a regré s’arman kontre ns. (bis)
mè cê d’Spot’ 100’guin’R,
mè cê konplis 2 bou’yé,
tou cê tigre ki, 100 pitié,
D’chire le s’1 2 l’Er m’R !

o arm’ 6’toay’1,
formé vo bata’yon,
marchon, marchon !
k’1 100 1’pur
abr’Ev’ no 6’yon !

amou sakré 2 la patri,
kond’8, souti’1 no bra veng’Er
lib’R’T, lib’R’T chéri,
komba avek tê D’fens’Er ! (bis)
sou no drapo ke la viktoar
akour’ a tê mal ak’100,
ke tê enemi expiran
voa ton triomfe É notr’ gloar’

o arm’ 6’toay’1,
formé vo bata’yon,
marchon, marchon !
k’1 100 1’pur
abr’Ev’ no 6’yon !

ns entreron ds la kari’R
kan no èné n’i seron plu,
ns i trouveron l’Er pousi’R
É la tras 2 l’Er v’Rtu (bis)
bi’1 - jalou 2 l’Er survivr’
ke 2 parta’G l’Er c’Rkueil
ns oron le sublim’ orgueil
2 lê ven’G ou 2 lê s’8vre

o arm’ 6’toay’1,
formé vo bata’yon,
marchon, marchon !
k’1 100 1’pur
abr’Ev’ no 6’yon !


 

Traduction Phil Marso - © Megacom-ik 2004 / 2007

 

La Marseillaise

Allons enfants de la Patrie,
Le jour de gloire est arrivé !
Contre nous de la tyrannie,
L'étendard sanglant est levé, (bis)
Entendez-vous dans les campagnes
Mugir ces féroces soldats ?
Ils viennent jusque dans vos bras
Egorger vos fils et vos compagnes !

Aux armes, citoyens,
Formez vos bataillons,
Marchons, marchons !
Qu'un sang impur
Abreuve nos sillons !

Que veut cette horde d'esclaves,
De traîtres, de rois conjurés ?
Pour qui ces ignobles entraves,
Ces fers dès longtemps préparés ? (bis)
Français, pour nous, ah ! quel outrage
Quels transports il doit exciter !
C'est nous qu'on ose méditer
De rendre à l'antique esclavage !

Aux armes, citoyens,
Formez vos bataillons,
Marchons, marchons !
Qu'un sang impur
Abreuve nos sillons !

Quoi ! des cohortes étrangères
Feraient la loi dans nos foyers !
Quoi ! ces phalanges mercenaires
Terrasseraient nos fiers guerriers ! (bis)
Grand Dieu ! par des mains enchaînées
Nos fronts sous le joug se ploieraient
De vils despotes deviendraient
Les maîtres de nos destinées !

Aux armes, citoyens,
Formez vos bataillons,
Marchons, marchons !
Qu'un sang impur
Abreuve nos sillons !

Tremblez, tyrans et vous perfides
L'opprobre de tous les partis,
Tremblez ! vos projets parricides
Vont enfin recevoir leurs prix ! (bis)
Tout est soldat pour vous combattre,
S'ils tombent, nos jeunes héros,
La terre en produit de nouveaux,
Contre vous tout prêts à se battre !

Aux armes, citoyens,
Formez vos bataillons,
Marchons, marchons !
Qu'un sang impur
Abreuve nos sillons !

Français, en guerriers magnanimes,
Portez ou retenez vos coups !
Epargnez ces tristes victimes,
A regret s'armant contre nous. (bis)
Mais ces despotes sanguinaires,
Mais ces complices de Bouillé,
Tous ces tigres qui, sans pitié,
Déchirent le sein de leur mère !
Aux armes, citoyens,
Formez vos bataillons,
Marchons, marchons !
Qu'un sang impur
Abreuve nos sillons !

Amour sacré de la Patrie,
Conduis, soutiens nos bras vengeurs
Liberté, Liberté chérie,
Combats avec tes défenseurs ! (bis)
Sous nos drapeaux que la victoire
Accoure à tes mâles accents,
Que tes ennemis expirants
Voient ton triomphe et notre gloire !

Aux armes, citoyens,
Formez vos bataillons,
Marchons, marchons !
Qu'un sang impur
Abreuve nos sillons !

Nous entrerons dans la carrière
Quand nos aînés n'y seront plus,
Nous y trouverons leur poussière
Et la trace de leurs vertus (bis)
Bien moins jaloux de leur survivre
Que de partager leur cercueil,
Nous aurons le sublime orgueil
De les venger ou de les suivre

Aux armes, citoyens,
Formez vos bataillons,
Marchons, marchons !
Qu'un sang impur
Abreuve nos sillons !

Rouget de Lisle (1760-1836)

 
mesure d'audience